Posted on

Notre projet de ferme maraichère en agro-écologie

SOLS VIVANTS – JUS VIVANTS

CONTOURS

Ce projet contient plusieurs volets :

  • Une activité (pré-existante) de maraichage
  • Une activité de transformation à la ferme : jus de légumes
  • Une activité de formation et de sensibilisation à l’agro-écologie et l’éco-habitat

BUTS

  • Une production maraichère abondante et de qualité pour une vente locale
  • Une unité de transformation de jus de légume à riche contenu nutritif pour une distribution à plus grande échelle.
  • Etre un relais de sensibilisation pour les questions touchant à deux sujets:
    • l’agriculture du vivant
    • l’éco-habitat

LE MARAICHAGE

Les Jardins du CEP sont un maraichage bio diversifié créé par Bernard et Syra LORBER en 2016 à St-Martin de Bienfaite. La demande croissante et l’évolution rapide tant dans l’élaboration des itinéraires techniques que dans la mise en place de l’outil de travail ont permis de construire un maraichage qui couvre aujourd’hui 3 ha en cultures extérieures et 2000 m2 de serres, cette production étant amenée à croître encore dans les années à venir. Maraichage diversifié veut dire ici: 35 légumes différents tout au long de l’année.

Les canaux de vente sont locaux puisque l’essentiel de la production est vendue en directe, soit sur le lieu de la production, soit via des magasins de producteurs (St-Martin de Bienfaite, Livarot) ou autres (Biocoop et Cabas à Lisieux), Locavore, restaurants, cantines d’écoles.

N’ayant pas eu accès à la propriété au départ, les cultures se sont établies au fur et à mesure sur 6 parcelles différentes distantes de 1 à 15 km de l’habitat, ce qui n’est pas sans générer des pertes de temps, d’énergie et de ressources.

Pour pallier à cette difficulté, permettre une concentration de l’activité et une croissance continue de la production, le couple a acheté en 2020 cinq hectares de terres à La Chapelle-Yvon au lieu-dit Les Vouacres afin de réaliser plusieurs projets qui sont le fruit d’une longue maturation.

Au niveau des ressources humaines, Les Jardins du CEP emploient à ce jour un salarié à temps plein et ont mis en place un espace-test permettant à un jeune porteur de projet de s’exercer dans le métier avec une certaine indépendance, en lien avec la CAE (Coopérative d’Activité et d’Emploi) Rhizome et l’appui technique de Bernard. Notre maraichage est aussi très demandé par les stagiaires qui se succèdent au fil de l’année et qui souhaitent s’initier aux techniques de l’agro-écologie.

Maraichage sur Sol Vivant-Normandie

Dès 2017, Les Jardins du CEP ont rejoint le réseau Maraichage sur Sol Vivant Normandie (MSV Normandie), réseau professionnel qui regroupe une cinquantaine de fermes de la région qui ont adopté l’agronomie de la vie des sols, mouvement émergent dans l’agriculture initié par François MULET, maraicher à Breteuil-sur-Iton (27) au début des années 2010.

MSV Normandie est un réseau de maraichers très actif comptant 3 animatrices de réseau et réalisant un vaste programme à différents niveaux: formation – technique – communication.
L’engagement dans ce réseau a été un élément déterminant dans la réussite et la croissance rapide des Jardins du CEP.

Un atelier de transformation à la ferme

Soucieux de valoriser au mieux la production légumière, Bernard et Syra Lorber travaillent depuis un an à l’élaboration d’un projet de production de jus de légumes. L’idée de base est simple: des sols vivants, riches et équilibrés vont produire des légumes à contenus riches en vitamines, minéraux et oligo-éléments. En produisant du jus à partir de ces légumes, il sera possible de proposer aux consommateurs un jus capable d’apporter vitalité, bien-être et santé et de compenser les carences de la vie moderne.

En créant cet atelier, il ne s’agit pas de faire passer toute la production légumière en jus de légumes; la vente directe de légumes doit perdurer. La production légumière pour l’atelier de transformation se fera en partie à la ferme et en partie chez des collègues du réseau MSV Normandie.

La production envisagée reste une production artisanale – certes développée puisque l’outil sera capable de produire entre 50 000 et 300 000 litres par an.

Cet atelier sera compris dans la SCEA Les Jardins du CEP et les salariés de l’entreprise seront formés afin d’être polyvalents pour assurer tant la production de légumes que celle de jus.

A ce jour, le plan d’entreprise, les besoins et les débouchés ont été identifiés. L’investissement sera porté pour 2/3 par un investisseur privé et le tiers restant par le maraicher.

FORMATION – SENSIBILISATION

La sensibilisation aux questions fondamentales de l’agronomie du vivant est un sujet qui nous tient à coeur.
L’agriculture moderne se trouvant à la fin d’un modèle, c’est sans doute l’un des domaines où la formation des acteurs de demain est particulièrement importante. Pour mémoire (ou information), le taux moyen de matière organique dans les sols en France est de 1,5%; le taux de référence en France d’un sol en bon état est de 5%. Sachant qu’il faut plus de 10 ans d’application des techniques de conservation des sols pour gagner 1%, on comprend l’ampleur du désastre et donc de la tâche pour remettre en vie des sols à l’agonie. Fuite de la matière organique, battance, tassement, érosion, inondations, etc… sont des constatations aujourd’hui universelles, mais l’effet le plus négatif de la dégradation de millions d’hectares de sol est la dégradation de la qualité nutritive des aliments. L’enjeu est donc vital. (Sur la thématique des sols, cf l’ouvrage de référence de Claude et Lydia Bourguignon, Le sol, la terre et les champs, éditions Sang de la Terre).

Face à cette situation dramatique, il est important de ne pas se laisser mener dans des impasses et des débats secondaires comme par exemple celui du glyphosate – sujet non négligeable, certes – mais il convient d’apprendre à discerner les priorités. C’est à cela que s’attellent aujourd’hui les rares – mais efficaces – instituts de formation de l’agriculture du vivant.

Dans ce contexte, Les Jardins du CEP veulent être un lieu d’accueil pour les formations en agro-écologie organisées par les partenaires professionnels (Maraichage sur sol vivant-Normandie – Ver de Terre Production). Au-delà de ce partenariat, nous souhaitons également proposer des stages de sensibilisation aux groupes scolaires.

Enfin, l’aspect éco-construction a son importance dans ce projet, mais nous y reviendrons plus tard. Au-delà de la capacité à réveiller la fibre d’éco-constructeur de Bernard, il permettra de donner une cohérence finale au projet qui répondra ainsi parfaitement à son nom donné en 2016 et résumé dans l’acronyme CEP pour Calvados – Eco-habitat et Permaculture.