Posted on

On a gagné !

Suite au vote lancé par la Banque postale pour choisir le projet qui sera financé par celle-ci, nous avons le plaisir de vous annoncer que les Jardins du CEP ont remporté la mise avec 117 votes contre 89 !

Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé et nous ont permis de gagner !

Concrètement, la Banque postale finance 50% du premier pallier du financement participatif; notre premier pallier étant à 5000 €, c’est donc la somme de 2500 € qui nous est donnée par ladite banque. 

La campagne de financement participatif continue, elle dure jusqu’au 21 juin. Le 2e pallier rajoute une tranche de 8000 € (voir les détails ici). Merci à tous ceux qui y ont participé à ce jour, merci à l’avance à tous ceux qui vont le faire!

Et merci à tous ceux qui nous ont soutenu par leur vote!

Syra et Bernard

P.S.: notez dès à présent: notre fête du jardin aura lieu dimanche 26 août à notre maraichage. Au programme: buffet champêtre (recettes à base de nos légumes + barbecue), visite du jardin, animations.

Le repas sera offert à tous les participants du financement participatif.

Posted on

Une serre chauffée de 1000 m2, ça vous dit ?

Une rencontre un peu providentielle sur une petite route de campagne de la France profonde: un agriculteur sur son tracteur et sa benne se range gentiment pour laisser passer mon petit camion de maraicher; le marquage publicitaire de ma camionnette faisant son effet, une heure plus tard, il m’appelle pour me dire : « on a une serre chauffée et automatisée de 1000 m2 et on cherche un maraicher qui veuille bien l’exploiter »…

C’est trop beau pour être vrai, car une serre chauffée et automatisée de 1000 m2, c’est rare dans la région et ça ne se trouve vraiment pas sous le sabot d’un cheval! Ma première réaction: méfiance, car c’est vraiment trop beau pour être vrai. Deuxième réaction: 3 jours après, l’affaire était conclue…

On fait quoi, maintenant ?

Quand 1000 m2 de terre sont laissés secs et non cultivés durant un temps certain, il vaut mieux savoir où on va et ce qu’on fait…

Sans tergiverser, on a sorti la butteuse pour faire des planches permanentes sur billons; ça réchauffe, ça draine, ça soulage le maraicher…

 

 

 

Dans la foulée, on a fait venir 45 m3 de compost. La vie biologique de ce sol est faible, et en attendant de pouvoir l’amender par des matières carbonnées (à coup de BRF et de paille) à l’automne, il faut pourvoir les plants et semis du nutriment nécessaire pour la saison; on est début avril et il ne faut pas traîner.

Epandage de compost à l’épandeur (sans hérisson)

Continue reading Une serre chauffée de 1000 m2, ça vous dit ?

Posted on

Notre nouvelle serre

Notre nouvelle serre est en construction: 10 m de large sur 55 de long, elle est destinée à nos plants chauds: tomates, aubergines, poivrons, haricots, concombres. Le montage par l’entreprise a juste 2 mois de retard; en cause: la météo infernale qui inonde et transforme tout chantier en bourbier digne de « la grande guerre ».

Elle sera prête pour le repiquage des plants chauds de saison (fin avril). En attendant, nous sommes sur un projet qui nous permettra de faire du vrai primeur en Normandie… suspens…

Au passage, un grand merci à notre investisseur qui nous a permis la mise en route d’un tel projet.

1ère opération: les trous des amarres de serre réalisés à la tarrière; 46 trous d’un mètre de profond sur 60 cm de diamètre.

 

2. Le bétonnage des amarres (on ne parlera pas de l’épisode pompe à béton restée enlisée dans la rade et qui a du être évacuée à coup de grue de camion… Fichue météo…). Au final, nous avons travaillé avec une benne à béton enfichée sur la fourche d’un tracteur faisant la navette entre la toupille et le chantier.

Continue reading Notre nouvelle serre

Posted on

Vous auriez tort de ne pas aimer les choux…

En cette période encore fraîche, seuls des plants rustiques peuvent supporter le climat et prospérer; en l’occurrence, il s’agit du chou, ou plutôt certaines espèces de la famille des choux, famille nombreuse… où chacun peut y trouver suivant ses goûts; de la couleur (blanc, vert, rouge), à la géographie (Milan ou Savoie, Bruxelles) en passant par la forme (feuille, pomme, tige, fleur), la famille est composite à défaut d’être recomposée.

Pourquoi est-il si bénéfique pour la santé?

D’abord parce que le chou contient beaucoup d’antioxydants;

Continue reading Vous auriez tort de ne pas aimer les choux…

Posted on

La culture des fraises

Nous venons de repiquer un millier de fraisiers. Celui-ci est un plant assez particulier dans la mesure où – contrairement à ce qu’on pourrait penser – il fait ses réserves durant la période froide de l’année; le fraisier a besoin de 700 heures en dessous de 7º pour accumuler ses réserves. Celles-ci faites, il va se développer plus dans le chaud, surtout en phase finale durant la formation des fruits. Continue reading La culture des fraises

Posted on

La production de poules pondeuses, ça commence avec une poule ou un oeuf?

Chez nous, cela a commencé avec l’arrivée de Nicolas, un stagiaire hors pair qui nous a appris comment produire nos poussins et ainsi maintenir une race de poules – en l’occurrence une race normande, la Crèvecoeur.

La vidéo ci-dessous vous montre nos premiers poussins qui ont 1 jour; c’est tellement mignon que nos enfants en oublient leurs écrans pour s’extasier devant ce petit miracle de la nature: en 21 jours, tout y est, du bec aux pattes en passant par les ailes et le duvet d’une douceur sans nom. Continue reading La production de poules pondeuses, ça commence avec une poule ou un oeuf?

Posted on

En avant les plants !

La saison est donc repartie avec la mise en route des plants en pépinière. Ce sont les plants chauds qui nous intéressent en premier: tomates, aubergines, poivrons et depuis quelques jours, la première série de courgettes pour les primeurs.

Pour les plants de tomates, aubergines et poivrons en primeur, nous travaillons avec un horticulteur qui nous livre des plants greffés au mois d’avril; c’est une période encore délicate en terme de température –surtout en Normandie…– il est impératif de mettre en terre des plants greffés car ils sont plus résistants au froid et aux maladies. Continue reading En avant les plants !

Posted on

La courge: un excellent légume d’hiver encore trop méconnu

Emblématiques de l’automne et de l’hiver, les courges et potirons sont originaires d’Amérique du Sud. Autrefois réservés  aux potagers des particuliers, ils arrivent en force sur les étals depuis plusieurs années. Courges et potirons affichent une large variété de couleurs, de formes et de tailles. Leur point commun : la subtilité et la douceur de leur saveur qui se marie à merveille avec tous les mets. Ils s’apprécient de l’entrée au dessert et plaisent notamment aux enfants qui adorent leur texture onctueuse et la douceur de leur goût.

Les courges et potirons sont des cucurbitacées. Comme leur cousine la courgette, ils offrent une saveur douce mais plus marquée et raffinée et se prêtent à bien des alliances gourmandes. Continue reading La courge: un excellent légume d’hiver encore trop méconnu

Posted on

La spiruline: un incontournable

spiruline
Cette cyanobactérie existe sur Terre depuis plus de trois milliards d’années et est vraisemblablement le micro-organisme le plus ancien de la planète(8) !

Renforce le système immunitaire

Plusieurs études montrent que la spiruline ou ses extraits empêchent ou inhibent des cancers chez l’humain ou l’animal. En effet, la spiruline interagit avec le système immunitaire qu’elle contribue à stimuler. Les recherches montrent que la spiruline a aussi une action antivirale.

C’est un super-aliment

d’une teneur exceptionnelle en protéines contenant les principaux acides aminés indispensables à l’organisme. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle aussi le steak de la mer : la spiruline est encore plus riche en protéines (55 à 70 %) que le soja (35 %) !

Une des protéines de la spiruline est la phycocyanine (15 % du poids total de la spiruline), une association de protéines avec des pigments hydrosolubles. Plusieurs études ont montré que la phycocyanine a pour effet de stimuler le système immunitaire et qu’elle joue un rôle dans la fabrication des globules rouges et blancs.

Une poignée de spiruline contient autant de :

  • protéines que 35 g de boeuf,
  • calcium que trois verres de lait,
  • fer que trois bols d’épinards,
  • bêta-carotène que 18 carottes,
  • vitamine B12 que 500 g de steak,
  • vitamine E que trois cuillères à soupe de germe de blé.

Elle est un important gisement de fer (de 800mg à 1800mg par kg, soit 20 fois plus que le germe de blé !), un minéral présent essentiellement dans les aliments d’origine animale comme la viande, les abats, le poisson.

Importance des compléments alimentaires

Dans un monde où la majeure partie de l’alimentation est triturée, appauvrie, où l’environnement est souillé (métaux lourds et hormones de toutes sortes dans l’air et les eaux), il est devenu nécessaire de renforcer son système immunitaire et de prendre des compléments alimentaires.

La spiruline a l’avantage de réunir en un seul aliment les apports des différents compléments alimentaires indispensables à la santé.

Beaucoup de personnes ne comprennent pas la nécessité des compléments alimentaires parce qu’elles estiment que ne pas être malades, c’est être en bonne santé. Elles oublient que la plupart des maladies cancéreuses et dégénératives mettent des années à s’installer et sont pour la plupart irréversibles. Prendre des compléments alimentaires et maintenir son système immunitaire à un bon niveau, c’est la meilleure prévention contre ce qui nous hante tous secrètement : cancer, Alzheimer & Co. Certes, on pourrait discuter pour savoir si la spiruline est un aliment ou un complément alimentaire, mais cela n’a rien d’essentiel.

Il y a spiruline et spiruline.

En France, on consomme 3000 kg de spiruline par an, la moitié provenant de Chine. Sans vouloir faire une contre-publicité systématique des produits chinois, il est établi que la spiruline en provenance de ce pays a peu de valeur nutritionnelle et est potentiellement dangereuse en raison du manque de contrôle de la qualité de l’eau. Donc méfiance face à une spiruline à bas prix. Nous vous laissons lire à ce sujet l’article du Dr Jean Dupire, fin connaisseur de ce sujet (article dans Vous & votre santé nº 31 de janvier-février 2015) qui au passage relate les raisons des attaques médiatiques contre la spiruline; encore une histoire de gros sous…

La provenance et la traçabilité de la spiruline sont donc un critère déterminant dans l’achat de ce produit. La France compte environ 130 spiruliniers, la plupart ayant un engagement qualitatif certain.

Pour notre part, nous avons opté pour la spiruline d’un des meilleurs connaisseurs et producteurs français, le biologiste Bertrand Lépine. Il produit la spiruline sous forme de paillette, ce qui permet d’agrémenter certains plats et d’éviter l’usage du type médicamenteux comme le fait la spiruline sous forme de comprimé. Car encore une fois, ce n’est pas un médicament, mais un aliment.

Nous avons également testé le produit. L’auteur de ces lignes est sujet à des infections récurrentes de l’appareil ORL depuis des années. Le fait de consommer régulièrement de la spiruline a considérablement diminué cette faiblesse au point de pouvoir passer un hiver sans être inquiété.

Il n’est pas facile de connaître nos carences sans faire des analyses de sang ou autres auxquelles nous ne nous soumettons en général que lorsqu’une maladie s’est déclarée. Autant prendre un aliment qui comble nos carences et nous maintient habituellement dans une forme physique exceptionnelle.

B.L.

En savoir plus en téléchargeant cette documentation (fichier PDF 1,4 Mo)