Posted on

Du pain au levain tous les mercredis

Nous vous proposons du pain au levain produit par Simon et Alison (La Mie de Survie, près de Vimoutiers) à base de céréales locales moulues par leur soin à la boulange, levé et fermenté au levain naturel et cuit au feu de bois. Simon et Alison sont installés depuis deux ans seulement et connaissent un grand succès grâce à la qualité de leur pain. Manger du pain au levain naturel plutôt qu’à la levure chimique n’est pas de l’ordre du caprice, mais plutôt celui de la santé. Dans cet article, nous vous expliquons Pourquoi le pain est-il devenu un problème de santé ?

Voici les types de pain produits et les prix:

  • Pain nature 500 g : 3,50 €
  • Pain nature 800 g : 5,00 €
  • Pain aux graines 500 g : 4 €
  • Pain aux graines 800 g : 6 €
  • Pains spéciaux : aux fruits, noix, olives, petit épeautre, curcuma, tous à 500 g : 5,20 €
  • Pain sans gluten (au sarrasin) 500 g : 5,20 €

Disponible tous les mercredis à notre point de vente, de 17h à 19h. Pour vous assurer d’en avoir, il est vivement recommandé de pré-commander avant mardi midi soit par mail ou texto aux coordonnées ci-dessous.

Posted on

La crusine ? de quoi parle-t-on ?

Non, il n’y a pas de faute d’orthographe, on parle bien de cru-sine.

Une alimentation vivante est essentiellement une alimentation crue. A 42º, les enzymes alimentaires contenues dans les aliments commencent à souffrir, elles disparaissent passé 55º. Une fois les enzymes alimentaires détruites, la vie biologique a disparu, les éléments chimiques (vitamine, minéraux) sont toujours présents dans l’aliment mais ne sont plus organiques, donc ne sont plus assimilables par le corps qui y voit des éléments exogènes dont il va se débarrasser si le métabolisme est efficace.

Cette réalité cuisante – c’est le cas de le dire – heurte nos habitudes et notre conception de la cuisine, surtout en France où la cuisine est centrée sur la viande, le poisson et les sauces, donc nécessairement vers la cuisson.

En tuant les enzymes, la cuisson tue aussi le goût des aliments. Tout le monde a fait l’expérience de croquer une carotte et de manger une bouillie de carotte non assaisonnée: cette dernière n’a plus du tout le goût qu’offre une carotte crue. C’est pour pallier à ce manque de goût qu’on a inventé les sauces et les condiments. Ce qui nous montre que la cuisson est destructrice et non pas créatrice de goût.

Ne plus faire de cuisson veut dire en France: ne plus cuisiner. Sauf qu’il y a moyen de faire de la vraie cuisine crue. Une fois épuisées les traditionnelles salades de légumes crus, pour éviter de tourner en rond, on peut se tourner vers une forme de cuisine dont les saveurs étonnent. 

Manger cru permet de retrouver le goût des aliments, mais cela demande à se délester d’habitudes bien ancrées et de rééduquer son palais aux saveurs naturelles non transformées.

Pour opérer une transition, la crusine est un formidable moyen de continuer à préparer des plats élaborés tout en mangeant des produits crus. Jus de légumes, smoothie bol, spaghettis de courgette, tartes sucrées ou salées, fauchages, pâtés végétaux, crackers, chips de Kale, etc… venez découvrir cette forme de cuisine au travers des stages que vous propose Claire, notre spécialiste en crusine dont vous voyez quelques réalisations sur les photos ci-jointes.

Posted on

On parle de nous

Cela fait longtemps qu’on a compris qu’on n’était pas le centre du monde, néanmoins cela fait plaisir de voir que notre travail ne passe pas inaperçu. On va s’éviter de remonter dans le temps avec tous les articles des journaux locaux, on va s’en tenir aux réactions récentes, depuis la création de notre outil de production de jus de légumes frais.

Ouest-France, à l’occasion de l’inauguration du 11 septembre.

Ouest-France, à l’occasion de la visite de plusieurs élus locaux (député, conseillers régionaux, maires)

Posted on

Qu’est-ce que la carte de soutien au maraîcher ?

Créer et gérer, aujourd’hui en France, une entreprise qui a nécessité des centaines de milliers d’euros d’investissement est une opération risquée. Pour cela, il faut – entre autres – pouvoir compter sur des clients réguliers. Prendre la carte de soutien est, pour la clientèle, une manière de soutenir le maraicher local dans son action de production d’une nourriture saine et de qualité. Il ne produit pas les légumes pour lui seul, il les fait pousser afin de vous éviter de vous nourrir de légumes qui viennent d’Espagne ou d’ailleurs, qui ont été produits on ne sait trop comment, au final en ne sachant pas vraiment ce qu’on mange – sans parler de l’impact carbone qui est tout sauf neutre. Le soutien au producteur local qui déploie une énergie importante pour faire vivre son entreprise est donc une raison essentielle.

En échange de ce soutien, nous vous offrons trois avantages palpables:

  • une réduction de 5% sur tout achat.
  • des promos ponctuelles, mais importantes (- 30 à -50%) durant les pics de production
  • Un accès privilégié aux légumes primeurs (par exemple, nous vous réservons les premières tomates)
  • Un accès privilégié à tous les produits de notre point de vente en cas de pénurie alimentaire.

Ce dernier point parait aberrant, mais nous avons souvenir de la période avril-mai 2020 où nous avions la queue devant notre point de vente; nous avons été submergés par des personnes que nous n’avons pas revus depuis, au détriment de nos clients fidèles qui se sont parfois retrouvés devant un étal vide.

Cette période n’est pourtant qu’une faible image de ce que nous prédisent les gens qui gouvernent ce pays quand ils nous parlent d’une crise alimentaire à venir.

Ces différents paramètres nous ont poussé à mettre en place cette carte de soutien au maraicher.  Il s’agit d’une action «gagnant/gagnant».  Merci à tous ceux qui s’engageront pour une forme de commerce local et équitable.

Coût de la carte de soutien : 30 € par an, à prendre au point de vente ouvert le mercredi 17h à 19h et le samedi 9h30 à 12h30.

Posted on

Agneau direct d’un producteur local

Philippe Delaunay de la Ferme de l’Ecureuil – “la ferme où le paysan mange ses produits” comme il aime à dire – vous propose des caissettes d’agneau et, en parallèle, du jus de pommes, sureau, cidre qu’il produit à la ferme.

Une livraison est prévue en notre magasin le 11 juin.

Cette fois-ci, il s’agit de viande d’agneau et d’antenais (antenais: ce n’est plus de l’agneau mais pas encore du mouton adulte et il n’y a que des femelles, donc pas de goût trop fort) (détail du colis ci-dessous)
Prix: agneau 15.50€/Kg
        antenais 13 €/Kg 

Saucisses et merguez  (un paquet sous vide = 8 saucisses = 500 à 600 g) réservation par paquet et non au poids mais facturation au poids bien évidemment.
(ingrédients: viande de mouton, sel de guérande, poivre et autres épices bio, pas de conservateurs ni colorants)
 Prix: 13€/Kg 

Composition d’un colis:

  – gigot raccourci et rôti dans la selle, épaule (+ de 50% du colis)
    – les côtes (1ère, découvertes et filets) (+ de 20% du colis)
    – la poitrine et le collier (morceaux à mijoter: ragoût, couscous,…) ( 20 % du colis)
    – le foie d’agneau et autre abats (- de 5 % du colis) 
sur demande le gigot peut être laissé entier…le tout rentre dans un tiroir de congélateur.

Boissons et autres
sans alcool : 

  •  jus de pomme 1 L et 3 L (3 et 8 E)
  • bulles de pommes 75 cl 3.5 E
  • bulles de sureau 75 cl 3.5 E
  • avec alcool :    cidre demi-sec 75 cl 3.5 € – cidre brut et poiré


autres :    • vinaigre de sureau (parfumé et peu acide) ou de cidre 75 cl 5 E
                  • noix 4.5 E/K

Posted on

Un point d’avancement sur notre projet

L’implantation sur notre nouveau site à La Chapelle-Yvon a commencé en février 2021. Depuis, nous avons pu construire la nouvelle serre de 1400 m2, l’auvent agricole auquel nous avons annexé le mobile home pour notre logement. Le maraichage s’est donc concentré sur ce nouveau site tout en gardant le terrain/serre du château de St-Martin de Bienfaite ainsi que la serre du GAEC La Pépinière à St-Aubin de Bonneval.

Le bâtiment des légumes avec, au premier plan, le point de vente à la ferme.

Depuis décembre, nous avons démarré la construction de notre nouveau bâtiment (500 m2) qui sera un peu la clef de voûte de la ferme car il contiendra:

Continue reading Un point d’avancement sur notre projet